Partagez | 
 

 Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Dim 1 Mar - 18:56






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin.  ”
P
ouvait-on passer une vie sans vivre ? Probablement, bien des gens l’avaient fait avant elle. Le choix de la liberté n’étant pas quelque chose d’acquis pour la plupart des humains foulant cette terre. Elles étaient une trentaine à apprendre, à attendre. Et pourquoi donc ? Avoir le pouvoir ? Décider pour le reste du clan ? Resté cachée dans un temple sans avoir envie de sortir hors des murs de pierre par peur de mourir sous la main d’un étranger ? Elle avait toujours cru que devenir une Kanehka serait quelque chose de glorifiant, un avenir merveilleux dans lequel elle voulait prendre part. Mais le prix de sa liberté était quelque chose qu’elle acceptait avec difficulté. Son avenir n’était absolument pas dans la succession des trois vieilles femmes, il n’y avait aucun doute. Toutefois elle ne pouvait quitter son rang sans frôler l’exil. Elle ne pourrait jamais survivre seule dans la forêt sans son clan, elle ne saurait même pas comment survivre hors du temple. Son poing se fracassa contre le rebord de la fenêtre, elle avait énormément de choix à faire. Prendre la  bonne décision pour apporter son aide du mieux qu’elle le pouvait et se tenir loin d’une vie sans la réconfortante chaleur du soleil contre sa peau de perle.

Elle poussa un long soupir alors qu’elle se laissait tomber contre le rebord de la fenêtre, son regard scrutant l’horizon. Le soleil se couchait enfin alors que le crépuscule déchirait le ciel de ses couleurs vibrantes. Elle fronça les sourcils alors qu’elle cherchait des signes de mouvement au niveau de la forêt. Peut-être devrait-elle lui demander son aide ? Non, il la détestait … oui mais peut-être.  Elle devait tenter sa chance? Traaz Kaeh était sans doute la seule personne qui pouvait lui apprendre à survivre dans ces bois. Si elle devait un jour quitter le sol des Berkanas alors elle devait savoir chasser. Elle n’était pas stupide, elle avait observé longuement le plus vieux. Non seulement avait-elle pu assister à de nombreuses batailles entre lui et son grand-frère, mais elle avait aussi passé de longues heures à l’observer durant ses tours de garde. Elle avait peu de souvenirs sur leurs seules conversations, mais elle savait qu’elle l’avait offusquée, lorsqu’elle lui avait parlé de sa taille. Il n’avait pas apprécié, il ne l’appréciait pas … peut-être parce qu’elle lui avait apporté tant de problèmes déjà. Et elle continuerait ? N’était-elle qu’un tas de problèmes pour le Berkanien ? Comment pouvait-elle croire qu’il voudrait l’aider ? Il risquait beaucoup…

Elle soupira longuement, empoignant sa longue cape aux teintes bourgogne, cachant sa robe de voile bleuté. Elle s’empressa de descendre les escaliers de sa chambre, menant à l’entrée arrière du temple, le jardin de fleur l’accueillant dans un doux parfum d’orchidées. Elle n’attendit pas que la nuit soit tombée pour  sortir cette fois, son courage vacillant entre l’insouciance et la détermination. Elle s’approcha de la foret, longeant les buissons à la recherche de l’homme-qui-ne-l’aimait-pas. Elle devait trouver son campement pour la nuit… avait-il seulement quitté le village à cette heure ? Elle inspira longuement l’air frais qui gonflait ses poumons, un brouillard c’était levé depuis peu, se fissurant à son passage. Elle voyait à peine où elle marchait, plissant les yeux alors qu’elle percevait une lumière au loin. Un feu ? Elle hocha la tête, espérant avoir trouvé un feu … elle avait si froid. Elle s’approcha silencieusement de l’endroit, son regard à l’affût du moindre mouvement. Elle ne pouvait risquer sa chance et ainsi donc être vue par qui que ce soit.


(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 7 Mar - 19:05

&

Une heure... deux heures... trois heures... autant de temps à être planté là, devant un feu. Mon travail n'était pas des plus passionnant, la preuve en était qu'il ne se passait rien depuis tout ce temps. Je n'avais pas bougé d'un centimètre, assis devant ce feu dans un campement de fortune près du temple. Habituellement, je me devais de faire des rondes, mais ce soir là était spécial. Le brouillard s'était levé. Un brouillard épais, presque opaque où seul des fous s'aventureraient dehors par un temps pareil. Fou? Je l'avais été le jour où je me suis porté volontaire pour devenir garde du village. Alors qu'avec mes yeux d'enfants je voyais de braves et téméraires soldats, il n'en était rien. Notre boulot consistait à faire des ronde autour de village de temps à autre dans la forêt, sur notre territoire et à s'assurer de la sécurité des étrangers venus troquer de la marchandise avec notre peuple.

En bon pacifiste que nous étions, il n'y avait quasiment jamais d'action, de bataille que ce soit avec d'autres clans ou à l'intérieur du village à moins que j'y sois impliqué et cela, depuis petit. Me remémorant quelques souvenirs de bagarre que j'avais eu avec certain des miens, je me mis à soupirer d'amusement, touchant le coin gauche de mes lèvres, là où un plus grand m'avait frappé. Mais pour quelle raison me tapait-il? Je ne m'en souvenais plus et malgré mes efforts, je n'arrivais pas à me remémorer ce qui déclenchait toutes nos bagarres. Lui et moi nous battions très souvent, la plupart du temps, c'était lui qui frappait le premier puis quelques jours après, c'était à mon tour d'aller le chercher. Avec le temps, je ne me souvenais plus pourquoi je cherchais toujours à me venger, mais j'y allais. Je fonçais tête baissée au combat. Cela faisait sourire mon père, mais je crois que les autres villageois n'appréciait pas ce côté téméraire. Pourtant maintenant, ils sont bien contents que je sois un garde. Ils savent qu'ils peuvent compter sur moi, qu'ils peuvent dormir tranquille. Ils savent que je serai là pour veiller sur le village et que si un ennemi nous attaquait, je partirais fièrement au combat. Si j'échouai, je reviendrai à la charge jusqu'à ce que je mette ce fameux ennemi à terre.

J'étais perdu dans mes pensées, quand soudain, j'entendis une branche craquer. Je revins à moi, me levant tout en empoignant ma lance. Debout devant ce feu, j'étais à découvert, le brouillard était épais mais il ne dissimulait pas la couleur vive des flammes. Ce feu qui me mettait en danger était tout de même là pour le réchauffer et m'aider, cas où je m'éloignerai trop, à me retrouver dans cet épais brouillard. Mon regard balayait l'horizon à la recherche d'une silhouette, je me concentrais pour essayer de percevoir les sons autour de moi quand soudain, je sursautais. J'entendis un bruit sourd tout près de moi. Ne voyant toujours rien, mon cœur commençait à s'emballer. Je sursautais de nouveau, ce même bruit venait de se faire entendre. Il provenait de mes pieds quand je l'entendis à nouveau en voyant crépiter le feu. C'était une fausse alerte. Je m'étais fait peur pour rien. Commençant à me rasseoir, je vis soudain au loin une silhouette. Je serrais ma lance le plus fort possible, prenant mon courage de l'autre. Je ravalais ma salive avant de clairement parler dans la langue universelle qui ralliait tous les peuples.

_ Qui est là!? Avancez!
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Mar 10 Mar - 21:57






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin. ”
C
hacun de ses pas était en douceur, à la recherche d’une approche amicale avec le plus vieux. C’était délicat, du moins pour la jeune femme. D’autant plus qu’elle ne savait pas s’il n’allait tout simplement pas la ramener par la peau du cou. Elle se devait donc d’arriver à une seule conclusion … si jamais il menaçait d’une telle chose … elle devrait quitter rapidement les terres avant qu’une terrible chose lui arrive. Elle observa les alentours, tournant sur elle-même, était elle perdue ? Zut … Peut-être ? Oui ? Non attendez, elle devait continuer tout droit … ou était-ce vers la gauche ? Elle avait pourtant entendu des bruits non ? Elle avança à pas de course vers la droite, paniquée et confuse. Que devait-elle faire ? « Qui est là!? Avancez! » une voix avait crié. Elle sursauta, reculant jusqu’à ce que ses pieds se heurtent contre une immense racine. Elle fronça les sourcils, tentant de percevoir quelque chose dans cet immense brouillard. « Kaeh ? » avait-elle bégayé d’une voix à peine audible. Elle se redressa malgré tout, ses mains tremblantes enlevant le plus de terre possible sur sa belle robe bleu poudre. Elle avança d’un pas, gardant son regard rivé contre la silhouette qui se trouvait près d’un feu. C’était sans doute lui n’est-ce pas ? Si elle parlait dans sa langue alors peut-être serait-il rassuré ?

« Ne me fais pas de mal … je suis une Berkana … »

Elle s’approcha dangereusement de l’homme, levant les mains bien haut vers le ciel. Elle ne devait pas faire de mouvement trop brusque, ou ainsi découvert, elle ne serait qu’une proie parmi tant d’autres … D’autant plus qu’elle savait parfaitement les habiletés de Kaeh en combat. Du moins, il en savait déjà beaucoup plus qu’elle. Elle s’approcha enfin de lui, les derniers mètres les séparent étant finalement franchis. Elle s’immobilisa, l’observant silencieusement. Elle ne se souvenait pas la dernière fois qu’elle l’avait vue ainsi, d’aussi près. Elle pinça les lèvres, ses mains délicates se posant sur le rebord de son capuchon, le tirant légèrement pour faire glisser le tissu sur ses longs cheveux bruns. Elle releva le menton, affichant une mine fière et résolue.

« Mon nom est Kaem Elhishara. Je … apprends-moi à survivre à la forêt. »

Elle afficha un sourire en coin, visiblement fière d’avoir accompli sa mission. En d’autres mots, elle voyait enfin la lumière au bout du tunnel, elle saurait enfin comment se débrouiller comme une grande fille. Pendant quelques secondes elle se sentait libre, accomplie et forte. Une autre femme, une autre Ehli … Pouvait-elle seulement se laisser bercer par cette douce sensation de n’être autre chose qu’une petite fille de temple ?


(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Mer 11 Mar - 12:21

&

Je ne quittais pas la silhouette lointaine des yeux, l'inconnu avait prononcé mon nom. Mais qui pouvait-elle être? Elle s'approchait de moi quand je la vis s'arrêter, se baisser. Mais que faisait-elle? A cette heure-ci, les villageois étaient censés dormir et non roder autour du camp comme des voleurs. La voix tremblante était celle d'une femme. Une femme qui connaissait mon nom, il y en avait beaucoup dans le village, mais aucune avec ce timbre là. Était-elle une étrangère? La Voïn que j'avais rencontré quelques jours auparavant peut être? Mais que faisait-elle ici? Si elle se faisait prendre, je ne donnerais pas cher de sa peau et pourtant, cette voix ne lui ressemblait pas. Était-ce le brouillard qui altérait ma perception? Je devais être de nouveau fiévreux.

Soudain, la jeune femme me demanda de ne pas lui faire de mal dans mon dialecte. Ce n'était donc pas la Voïn, elle ne connaissait pas notre langue. Après ces mots, elle semblait lever ces mains vers le ciel. Mais que cherchait-elle à faire? Se faire repérer? Ou pire, tuer? Si un étranger rôdait par ici que lui arriverait-il? Elle était une proie facile. Décidément mon peuple était vraiment trop insouciant.

Debout, j'attendais que cette mystérieuse inconnue arrive à mon niveau, ma lance toujours en main. Une fois devant moi je pus voir qu'elle avait au moins fait l'effort de se couvrir. Je la regardais, suspicieux. Ces vêtements n'étaient pas ceux d'une fille du village mais plutôt des filles du temple. Une chuchoteuse? N'avait-elle pas l'interdiction d'en sortir? Elle se découvrit, me laissant voir son visage. J'étais d'autant plus étonné. Si j'avais vu un visage comme celui-ci, je m'en serai souvenu. Légèrement bouche-bée devant sa beauté naturelle, je ravalais ma salive. Cette fille connaissait mon nom et moi j'ignorais le sien. Comment pouvais-je l'ignorer, elle ne serait pas passé inaperçu au village. Même si elle était depuis petite enfermée dans le temple, je devais déjà l'avoir vu étant enfant, mais impossible de me souvenir d'elle.

Avant que le silence ne ce soit totalement installé entre nous, elle décida de le briser. Kaem... Je connaissais ce nom, c'était le même que celui du garçon avec qui je me battais souvent étant enfant. Ce devait être sa petite sœur. Comment pouvait-elle se souvenir de moi après toutes ces années? M'avait-elle observé me battre avec son aîné? Probablement vu sa demande. Je restais silencieux un instant, ne revenant pas du culot que la demoiselle pouvait avoir. Je la regardais de la tête au pied. Elle était bien vêtu, avait l'air propre sur elle excepté la boue sur sa robe mais l'humidité présente dans l'atmosphère et une hypothétique chute aurait pu en être la raison. Une fille toute "chichi-pompon" comme je les appelais voulais ce rebeller. Elle avait décidé d'être chuchoteuse mais la vie de princesse ne semblait plus lui convenir. Elle voulait probablement mettre du piment dans sa vie et apprendre à vivre dans la forêt... et puis quoi encore. Je ricanais. C'était impossible. Si je devenais son complice, je risquais l'exile comme elle.

_ Tu veux quoi? Apprendre à survivre dans la forêt? Ben tien!

Après mes mots, je lui tandis ma lance pour qu'elle s'en empare.

_ Va dans la forêt survivre toute seule.

Finis-je par lui dire, ma voix pleine d'arrogance. Je ne pouvais m'empêcher de rigoler. Sa requête était aussi ridicule qu'une demande en mariage. Je ne pouvais plus m'arrêter de rire, mon corps se pliait en deux, je me tapais sur les cuisses, le ventre, les côtes, il fallait que je retrouve mon sérieux. Je faisais beaucoup trop de bruit, en plus du feu, je nous mettais tout deux en danger mais elle était si drôle. Entre deux gloussements, j'essayais de continuer de lui parler mais sans succès. J'essayais alors de respirer pour que cela passe. Quelques minutes plus tard, je repris mon sérieux, la dévisageant agressivement.

_ Non mais t'es sérieuse là? Tu m'as bien regardé? Tu as cru que quoi? C'est pas la fête ici! On est en guerre alors t'es mignonne mais avec tes caprices de gamine à deux balles tu rentres et que je ne revois plus ta tête!

Spoiler:
 
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Ven 13 Mar - 15:51






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin. ”
L
a jeune femme fronça les sourcils, croisant les bras. C'était d'elle qu'il se moquait ? Un sentiment nouveau naissait en elle, mais qu'était-ce ? De la frustration peut-être, du moins c'était le plus près qu'elle pouvait décrire. Elle claqua le bout de sa langue contre son palais, agacée. Elle devait garder son calme face au plus vieux hillard, complètement plié en deux. Non, mais quel idiot ! Il croyait qu'elle voulait simplement s'amuser au risque de se voir exilée par son propre peuple ? Elle attrapa simplement le bout de lance qu'il lui tendait écoutant ses paroles agressives à son égard. Elle voulait faire mumuse et savoir chasser le lièvre pendant que des gens faisaient la guerre ? Elle tira de toute ses forces contre la lance, attirant le plus vieux à quelque centimètre d'elle, redressant son corps sur la pointe de ses pieds. Elle pinça les lèvres plantant son regard directement dans les iris noirs de Kaeh, relevant le menton.

« Des gens vont mourir Kaeh... je n'ai pas besoin de ton accord pour apprendre de toi. Je ne suis ni ici pour faire des caprices ou pour apprendre à dépecer un lapin. Je ne suis pas idiote, pour aider je dois apprendre, maintenant. Autrement il sera trop tard lorsque les Kanekha devront envoyer villageois et petit garçon sans aucune notion pour défendre nos terres. »

Sur ce, elle relâcha prise sur la lance du plus vieux baissant la tête un instant. Ce n'était pas gagné, sa propre petite guerre à elle. Mais encore était-il qu'elle avait raison et que ce n'était pas en repoussant ceux qui voulaient aider que les choses iraient mieux. Personne ne savait ce qui n’arriverait d'ici la prochaine lune, ni même la prochaine aurore. Elle recula simplement, silencieusement, le visage grave. Elle prit place à même le sol, observant simplement le feu qui crépitait non loin d'elle. Elle nota quelques informations dans son crâne, pinçant ses lèvres de concentration. Si elle devait venir ici toutes les nuits et apprendre en observant soit, elle le ferait, aussi longtemps qu'il le faudrait. Mais rien au monde ne changerait sa décision. Elle devait aider ces gens du ciel à survivre, tout comme elle devait aider les gens de son peuple si quelque chose venait à les menacer.

« Il y a des gens qui comptent sur moi. Mais je ne peux pas les aidés, je n’ai pas les connaissances, alors le mieux que je puisse faire c’est d’apprendre à survivre moi-même avant d’aider des gens à ne pas mourir. Cette guerre est inutile, nous devons l’arrêter avant qu’elle n’empire »

Avait-elle soufflé à demi-voix. Elle avait sa propre idée de la situation et si personne ne prenait le temps d’écouter chaque version de l’histoire alors c’était la fin pour tous. N’avaient-ils pas eu assez de guerres depuis la nuit des temps ? Avaient-ils vraiment besoin d’un nouvel holaucoste pour réaliser que le pouvoir n’était rien sauf misère ? Elle ramena ses genoux contre son buste, entourant ses jambes de ses bras pour se perdre dans les flames du feu. Elle resta ainsi quelques minutes, complètement engloutie dans ses propres pensées.


« J’ai eu une vision Kaeh. Au temple, quelques heures avant que les hommes du ciel ne débarquent. Je ne sais pas exactement ce qu’elle signifie, mais une chose est sûre, les morts ne veulent pas de guerre. »

Avait-elle dit à haute voix, levant finalement son regard inquiète vers l’homme. Elle mentionnait cette vision pour la première fois à quelqu’un, parce qu’il était de son clan. Il comprendrait surement beaucoup plus que les autres. Du moins c’est ce qu’elle espérait.


(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Dim 15 Mar - 22:00

&

La chuchoteuse ne semblait pas apprécier ma réponse. Saisisant ma lance, elle en profita pour me tirer vers elle, me regardant droit dans les yeux. Elle semblait plus que décidée à apprendre. Je devais avouer que sa méthode de persuasion était intimidante. Alors qu'elle plongeait son regard dans le mien, j'en fis de même. Cette fille était magnifique, mon coeur se mit à palpiter, qu'allait-elle faire alors? Si je refusais, elle allait tout de même me suivre et mettre sa vie en danger. Si j'acceptais je la mettrai volontairement en danger et si quelqu'un l'apprenait, je risquerai l'exile. Malgré le risque qu'elle voulait prendre, ces propos me semblaient pertinent et alors que je pensais que mon peuple était insouciant, je me rendais compte que certains prenaient cette guerre très à coeur. Je n'avais jamais réfléchis aux conséquences de la guerre ni même à ce qu'il se passerait si les trois clans alliées venaient à éradiquer définitivement les envahisseurs venus du ciel. Pourtant, la jeune Berkana semblait préoccupée par notre destin.

Elle lâcha prise et vint s’asseoir près du feu. Sans un mot, je la regardais tout penaud. J'avais presque honte de m'être moqué d'elle, bien que l'idée qu'une chuchoteuse sache se battre était assez drôle. Je m'assis également, lentement, je fléchissais mes genoux pour enfin pouvoir me poser sur le sol. Je ne rigolais plus, ne souriait plus. Elle avait marqué un point. Si nous devions rentrer en guerre, les gardes ne seraient pas les seules sur le champs de bataille. Femmes, enfants, nous irions tous et ensemble nous mourrons.

La dure réalité m'avait échappé. Finalement, j'étais bien un Berkana, aussi insouciant et égoïste qu'eux. Je baissais la tête, grattant mon cou tout en faisant une moue étrange. La chuchoteuse venait de m'avouer un secret. Elle m'annonça avoir eu une vision juste avant l'arrivé des étrangers. Je levais brusquement la tête, la regardant bouche-bée. Je ne doutais pas des pouvoirs des femmes du clan, au contraire. Je croyais en elles mais pour moi, les chuchoteuses ne pouvaient pas voir l'avenir ni même communiquer avec les morts. Pour moi, si on les enfermait au temple c'était pour apprendre à contrôler leur don et pouvoir par la suite y comprendre les significations.

_ Elhishara... Raconte moi ce que tu as vue.

Lui dis-je alors d'une voix étrangement douce. Je voulais savoir, je voulais comprendre et maintenant qu'elle avait piqué ma curiosité, je voulais l'aider.

_ Je ne te promet rien, mais je pense que le mieux, au cas où les étrangers attaquent le temple et que je ne suis pas au village, c'est de t'apprendre à te défendre. Mais tu dois me promettre une chose. Tu ne devras en aucun cas sortir du temple sauf pour me retrouver.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 21 Mar - 4:24






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin.  ”
E
lle se redressa soudainement, son visage complètement anéanti par la requête du plus vieux. Son souffle c’était abruptement coupé alors que la panique s’emparait d’elle. Autant avait-elle ressentie un grand soulagement à sa réaction face à sa vision, autant avait-elle la sensation de perdre le contrôle. Pouvait-on vraiment jouer avec la confiance d’un humain pour donner la chance à ‘’ l’ennemi’’ de survivre à son propre peuple ? Elle bégaya son nom d’une voix teinté de supplique, tendant une main dans sa direction. Elle resta ainsi quelques secondes, figée dans sa propre apocalypse.

« Mais Kaeh! Je dois aider Lee Hee! J’ai promis des choses à des gens, tout comme je ne peux pas envisager de te mentir parce que tu acceptes de m’apprendre.   »

Elle poussa un long soupir tandis qu’elle secouait la tête négativement. Les choses étaient devenues si compliquées pour une simple quête, la paix. Elle comprenait toutefois son point de vue, cet homme prenait de grands risques pour elle. C’était honorable et elle lui en serait toujours reconnaissante. Toutefois elle ne pouvait acquiescer complètement à sa demande. Elle pouvait sentir son cœur se déchirer devant ce dilemme de taille. Elle se redressa lentement, venant prendre place devant l’homme aux yeux sombres, offrant un faible sourire à celui-ci. Elle inspira longuement, son regard fixant douloureusement la peau pâle de son cou.  

« quelques heures avant l’arrivé des gens du ciel, je me suis faufilée dans la salle des visions. Depuis je fais souvent le même rêve, je sais que ce ne sont pas que des rêves et qu’ils sont reliés à la vision qui me hante depuis ce jour. Je me trouvais dans un immense vide, un vide si plein d’espoir. Douze pierres se trouvaient sur une table, éparpillée et désuète. Je crois avoir compris qu’elle représente les onze clans de la terre, le douzième … je crois qu’elle représente les gens du ciel. Je crois aussi avoir compris que les pierres s’emboîtent les unes aux autres. Mais c’est compliqué, car elles sont assez capricieuses les unes en vers les autres. Une pierre ne veut pas s’emboiter si l’autre est déjà assemblée, toutefois lorsqu’elle est seule … les morts ne veulent pas de guerre, mais plus tôt l’unification… Je dois trouver le moyen de toute les unifier et ainsi les tenir en équilibre dans ce grand vide. Kaeh...   »

Elle resta finalement silencieuse, c’était plutôt difficile de décrire une vision sans sembler complètement dingue. Verrait-il le lien qu’elle avait déduit ? Il n’y avait aucun doute pour elle, on lui avait demandé d’aider à la réalisation de cette vision, parce que la guerre n’était pas une fatalité. Elle posa ses mains contre le vêtement du plus vieux, resserrant ses doigts frêles contre le tissu, jusqu’à ce que ses jointures blanchissent tant elle serrait fort. Elle prononça une nouvelle fois le prénom du plus vieux, craignant qu’il n’entende l’accélération phénoménale des battements de son cœur. Elle avait confiance en cet homme, autant était-il indomptable autant il lui inspirait quelque chose de nouveau. Une sorte d’apaisement mêlé à de la confusion, mais surtout de la sécurité. C’était si délivrant de pouvoir se fier à un homme de son propre peuple. Un peu comme s’il lui proposait d’enlever un peu du poids du monde qu’elle portait sur ses épaules.  

« Si je reste ici alors je ne serai pas utile … mais si tu le souhaites, je peux t’accorder à demi ta demande. Accompagne-moi dans cette aventure, si l’on nous surprend, je mentirai et prendrai le blâme pour te remercier d’avoir aidé à la recherche de cette paix. Je ne veux pas ton malheur, mais je dois aussi songer à ceux qui sont dans le besoin. Si l’on me demande de prendre place pour défendre mon peuple, je te promets que je serai aux premières lignes. Mais tant et aussi longtemps qu’il me sera possible, je chercherai à résoudre les conflits. Si tu acceptes, je ne sortirai plus dans les bois sans toi. »

Elle délaissa finalement le vêtement de l’homme, laissant ses mains glisser contre son corps pour s’écraser contre le sol alors qu’elle repliait son corps contre ses cuisses, baissant la tête le plus bas possible pour exprimer corporellement l’importance de sa demande. Elle le suppliait, oui, elle laissait de côté sa fierté pour supplier un homme de la suivre dans une histoire probablement beaucoup trop grande pour deux si minuscules personnes. L’enjeu était simplement trop important pour laisser gagner son petit caractère flamboyant face à une telle opportunité. Se sacrifier pour un monde, c’était bien non ?



(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 21 Mar - 15:45

&

J'écoutais la jeune femme attentivement. Plus elle me parlait, plus je sentais mon cœur s'emballer. Je n'avais jamais eu ce genre de relation avec une femme. En général, elles ne me parlaient que si elles avaient besoin d'un service ou d'une escorte. Ehlishara voulait m'utiliser comme toutes ces Berkaniennes, mais elle au moins me faisait partager son savoir, ces secrets. Lorsqu'elle énonça le nom de Lee Hee, je lui lançais un regard sombre. Je comprenais pourquoi cette fille rodait si souvent autour du village, c'était pour voir la chuchoteuse. Mais alors que je voulais me lever et violemment lui balancer un "traître à ton clan!", je restais silencieux, continuant à la regarder méchamment. Je serrais mes poings pour essayer de contenir ma colère envers elle. Elle s'était mise en danger, avait mis son clan en danger et elle ne semblait pas s'en rendre compte. Cette Lee Hee, je savais que je lui étais redevable, mais cela ne signifiait pas que j'avais confiance en elle. Certes, je ne la comprenais pas, mais venir fouler nos terres pour pervertir une des notre, une prêtresse, cela me mettait hors de moi. Si la jeune femme était venue me demander mon aide, c'était probablement parce que la fille du ciel était venue lui parler. S'échangeaient-elles alors des secrets concernant leur camp respectif? Ou Ehlishara avait-elle été trop bavarde comme avec moi? Je ne le savais pas mais j'allais le découvrir tôt ou tard.

Malgré ma colère, je restais silencieux, l’écoutant parler de sa vision. Des pierres qui ont du mal à s’emboîter... cela me paraissait être complètement farfelus mais peut être étais-ce une énigme que les morts lui avaient posé. Peut être qu'il y avait une solution, un ordre précis à suivre ou peut être justement que le fait qu'elles ne pouvaient pas former un tout signifiait qu'il fallait qu'il y ait des pertes de chaque côté pour alléger ces bouts de roches. Je fronçais les sourcils, ne sachant pas quoi penser, laissant échapper un long "mmh". Le jeune fille voyait dans ces pierres la paix, elle sentait l'espoir dans son rêve mais lorsqu'elle m'en parlait, j'avais la sensation qu'il s'agissait plutôt d'une épreuve destructrice. Les morts lui avaient posé un problème plutôt compliqué. Elle devait porter ce fardeau seule, voir des gens tomber un à un pour pouvoir par la suite les relever. La colère qui se lisait sur mon visage fit paraître un air grave. Ce rêve ne me disait rien de bon.

A ce moment, elle semblait frêle et désemparé. Je ressentais comme le besoin de l'aider, je devais le faire. Quant elle agrippa mes vêtements, posant ces doigts fins sur mon corps, mon cœur ne pus s'empêcher de se retourner. Plongé dans mes pensées, elle m'en avait sortie, me surprenant par ce contacte physique. Que cherchait-elle à faire? Mon cœur battait de plus en plus fort, je la regardais ne sachant pas quoi lui dire ni faire. C'est alors qu'elle pris de nouveau la parole. Elle ne pouvait pas répondre à ma requête, pas complètement. Elle me proposa de l'accompagner à chaque fois qu'elle sortirait, l'idée n'était pas pour me déplaire, mais je ne pouvais pas l’entraîner consciemment vers le danger. Pas elle, pas tant qu'elle ne serait pas se servir correctement d'une arme, qu'elle ne serait pas se défendre. Accepter était la seule solution qui s'offrait à moi car c'était le seul moyen de la protéger. Elle se mit à genoux pour me supplier. Je soupirai longuement. Je me levais pour la redresser. Je m'accroupis face à elle, j'empoignais ces épaules, relevant son buste. Avec ma main droite, je pris son menton, redressant sa tête pour qu'elle puisse voir mon visage et que je puisse plonger une nouvelle fois dans son regard. Mon cœur ne pouvait pas s'arrêter. J'avais le sentiment qu'il allait sortir de ma poitrine et que j'en mourrai. Cette sensation était à la fois désagréable et étrangement similaire à un doux rêve.

_ Relève toi. J'accepte, lui dis-je doucement. Mais si nous nous faisons prendre par le clan, je ne veux pas que tu portes seule cette responsabilité. Si j'accepte de t'aider, ce n'est pas avec un couteau sous la gorge que je le fais. Certes, tu ne me laisses pas le choix, mais je pourrai te laisser aller mourir dans ces bois. Malgré ça, tes arguments sont convaincants. Je ne rejoins pas tes positions mais j'ai choisi de te suivre, j'aurais comme toi à assumer mes actes.

Mon regard dans le sien, je ne pouvais pas m'arrêter de la regarder. Si elle me faisait cette effet, c'était probablement parce que pour une fois, j'avais l'impression que j'avais le choix, que j’acceptais pas parce que c'était mon devoir de protéger les habitants du village mais plutôt parce que je l'avais décidé. Ma gorge se nouait, je ravalais ma salive détournant les yeux de ce regard captivant. Il vint se poser sur ces lèvres. Elles semblaient si douce, m'attirant comme le miel pour une abeille. Je restai statique avant de ravaler une deuxième fois ma salive. Cette femme était attirante et c'était probablement l'argument numéro un qui m'avait convaincu de la suivre, mais elle était sacrée et je ne devais pas l'oublier. Je la lâchais brutalement, allait m’asseoir tranquillement à côté d'elle. Je me grattais encore la nuque, feintant de rire nerveusement. J'étais gêné d'avoir réagit de la sorte. J'étais un homme, il était normal pour moi d'être attiré par une femme qui me portait de l'attention, mais je n'acceptais pas le fait de l'être pour une femme que je ne pouvais pas avoir. Je soupirai. Elle était sacrée, mais n'était-elle pas en train de transgresser les règles? Pouvais-je alors espérer qu'elle désobéisse une nouvelle fois à son code de conduite. Après tout, nous risquions fortement d'être banni du clan alors pourquoi fallait-il suivre également cette règle. Dans un élan de folie, je devais lui demander.

_ Puis te poser une question? Enfin... plutôt te demander quelque chose d’insensée? Si tu refuses, je comprendrai et je ne t'en voudrai pas au contraire je comprendrai. Je voulais savoir si...

Mon cœur s'accélérait, je sentais monter l'adrénaline en moi à la fin de chaque mot prononcés. Puis je continuais tout en bégayant brièvement.

_ Pourrais-tu, le jour où tu seras prête à... à me... enfin tu vois... réserve moi ton premier baiser.

Ça y est, je lui avait dit. Je n'osais pas la regarder dans les yeux. Mais qu'est ce qui m'avait pris?! Pourquoi lui demander une chose pareil alors qu'elle, elle venait me parler d'arrêter cette guerre. Elle me parlait de paix et d'espoir et moi je ne pensais qu'à ça. Je m'en voulais à présent de lui avoir demandé une telle chose. Elle me prendrait probablement pour un obsédé. Je grimaçais de peur d'entendre sa réponse.

_ Oublie c'était stupide de te demander ça.

Finis-je sèchement par dire. Après mes mots, je me décalais légèrement d'elle pour prendre de la distance.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 21 Mar - 18:37






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin.  ”
E
hli se laissa guider, suivant les gestes de son corps, frissonnant alors qu’il redressait son menton du bout de ses longs doigts d’homme, plantant son regard dans le sien. Il la regardait d’une façon dont jamais un homme n’avait osé la regarder, elle, une chuchoteuse du temple des kanekha. Elle humidifia ses lèvres du bout de sa langue alors qu’elle pouvait sentir son corps trembler engloutit par des émotions qu’elle ne comprenait pas,  qu’elle ne connaissait pas. Elle avait cru lire la rage, le mépris et le jugement s’écrire sur les traits de son visage, mais il n’avait pas bronché. Il avait fait violence pour retenir des sentiments beaucoup trop futiles pour la cause, il avait compris. Elle inspira longuement, écoutant silencieusement ses paroles, buvant littéralement les sons qui s’écoulaient de ses lèvres. Elle secoua brusquement sa tête alors qu’il parlait de subir les conséquences de ses décisions. Il acceptait sa requête, autant elle jubilait d’excitation, autant elle refusait catégoriquement qu’il porte le blâme de ses actions. C’était impossible pour elle de le laisser faire ! Toutefois, l’homme était beaucoup trop buté pour qu’une possible réfutation soit acceptée, autant ne même pas enclencher un débat en vain. Elle fit donc sa promesse en son cœur, une protection en guise de remerciement. Il avait le choix certes, mais elle aussi avait le droit.

Elle afficha finalement un grand sourire, se laissant aller au gré des sensations nouvelles qui pouvait maintenant se laisser voir sur sa peau de perle. Elle le remercia finalement, redressant fièrement ses épaules d’avoir su convaincre un homme aussi important. Puis il la relâcha brusquement, venant prendre place contre le sol couvert de brouillard. Pourquoi avait-elle l’impression d’être rejetée ? Tant de sentiments contradictoires. Puis il prit finalement la parole, une nouvelle question ? Une nouvelle requête ? Elle hocha docilement la tête alors qu’il lui demandait s’il pouvait lui  demander quelque chose, qu’il comprenait si elle refusait celle-ci. Son cœur s’emballait alors qu’elle posait son regard sur l’horizon. Tout était si blanc, à peine pouvaient-ils voir à quelques mètres d’eux. Comme s’ils étaient seuls au monde. La question était là, l’étaient-ils ? Seul contre tout dans une guerre sans fin et sans raison ? Des humains qui perdaient la raison dans un espoir empli de dérisions. Puis il parlait à nouveau, bégayant dans ses propres mots. Un baiser.  

« Je. »

Le souffle coupé la jeune Berkanienne baissa rapidement sa tête pour regarder fixement le sol, cachant ainsi ses joues rouge écarlate. Un baiser, il lui demandait son premier baiser. Elle n’avait jamais même pensé une fois à ce baiser. Probablement parce qu’elle avait été éduquée pour voir les hommes sans désir envers eux. Un baiser. Ses mots se répétaient dans son crâne à une vive allure alors qu’elle pouvait parfaitement sentir son esprit se décupler en million de pensé confuse. Sentir son sang brûler de gêne dans ses veines, son cœur augmentant le rythme dans une valse incandescente. Perdait-elle la tête ? Tandis qu’elle venait pour lui demander de l’aider dans sa propre guerre, elle se retrouvait dans une forêt brumeuse avec l’impression folle que le sol s’ouvrait sous ses pieds, perdant ainsi toute notion de la vie même. Un baiser, comment un baiser pouvait-il avoir autant d’effet sur elle alors qu’elle songeait à apprendre à tuer des gens pour protéger son peuple. Comment pouvait-elle envisager de changer le monde si un simple baiser lui faisait perdre tous ses moyens. Elle resta donc ainsi complètement figée pour un baiser qui n’avait même pas eu lieu. C’est lorsqu’il tenta de se décaler qu’elle sortit de ses songes, sa main empoignant fermement celle du plus vieux sans qu’elle n’ose toutefois le regarder. Elle resserra ses petits doigts avec toute la force qu’elle possédait, le regard livide.  

« Je ne sais pas embrasser les hommes. »

C’était un fait, elle ne savait pas. Elle ne savait pas comment les amoureux réagissaient ensemble. Ni comment on devait regarder les hommes, les toucher, les caresser. Elle soupira d’un souffle tremblant, relevant lentement son regard pour venir fixer les lèvres de Kaeh avant de baiser brusquement sa tête, si bas qu’elle aurait parfaitement pu se fondre avec le sol. Y vivre pour l’éternité sans jamais revoir le soleil. Un baiser ne pouvait pas être si terrible non ? Elle savait que les oracles devaient rester vierges pour avoir ce lien avec les dieux. Mais n’avait-elle pas déjà renoncer à sa chance de devenir une Kanekha ? Si elle perdait ses visions alors elle n’aurait plus la chance de savoir si elle allait dans la bonne direction. Était-ce un teste des morts? Elle soupira une nouvelle fois, étourdie et désemparée. Alors pourquoi le retenait-elle à ses côtés ? Pourquoi était-elle venue le voir lui précisément. Les morts savaient et la guidaient. Ce n’était qu’un baiser. Elle hocha timidement la tête, trop gênée pour lui faire face.

« Une vie contre un baiser, c’est bien ce que tu veux? Si quelqu’un sait, nous deviendrons pires que des traîtres. Je ne connais pas ces choses, tu sais. »

Elle marqua une pause, une très longue pause. S’il donnait sa vie pour elle, alors elle pouvait bien lui donner quelque chose qui lui était moralement précieux. Un baiser n’équivalerait jamais le danger qu’il encourait. Un don toutefois coutait cher. Elle pouvait bien risquer elle aussi pour lui. Elle releva finalement son visage, plantant son regard inquiet dans le sien.

« Apprends-moi. »




(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 21 Mar - 20:24

&

Il est évident que je perdais la raison. Le brouillard devait avoir atteint mon cerveau plus rapidement que je ne l'aurais cru. Dissimulés dans cet épais manteau blanc, je m'étais distancé de la chuchoteuse pour éviter de faire une bêtise. Détournant le regard, j'essayais de me concentrer sur le vide blanc et chasser toutes les mauvaises pensées qui pouvaient avoir un lien avec elle. Mais comment se concentrer alors que la jeune fille m'agrippait la main? Je baissais la tête, fixant nos mains l'une dans l'autre. A ce moment, elle m'avoua ne pas savoir embrasser les hommes. Comment pouvait on savoir ou ne pas savoir embrasser? Devais-je prendre cela comme un refus? Cette fille essayait-elle de me rejeter sans vouloir être blessante? Mais alors pourquoi agrippait-elle ma main ainsi? Était-elle, elle aussi en train de divaguer?

Je relevais timidement la tête, essayant de lire une expression quelconque sur son visage. Elle me fixait. C'était assez intimidant. Mais alors, elle la baissa rapidement pour enfin reprendre la parole. Je me mordais la lèvre inférieure, de peur de mal comprendre ces propos. Je regardais la chevelure de la jeune fille tomber sur ces épaules dévoilant la forme de son buste comme de l'eau pur qui formait une cascade. Mais alors qu'un silence s'était installé ente nous, elle me demanda de lui apprendre. Apprendre ces choses que les futures Kanekha ne connaissait pas. Lui apprendre à vivre comme une femme et non une prêtresse.

Je retirai ma main de la sienne pour glisser cette dernière dans ces longs cheveux aussi noir que les plumes des corbeaux. Je les relevais, les faisant passer derrière ces épaules. Je la regardais, non, la dévorait des yeux. Je me concentrai pour sentir son souffle, ma main quand à elle remontait dans sa chevelure pour enfin arriver délicatement sur sa joue. Elle avait la peau douce. Je la caressait tout en plongeant mon regard dans le sien. J'y pouvais y lire de l'inquiétude, avait-elle peur de moi? De ce qu'il pouvait lui arriver?

_ Ne t'inquiète pas.

Lui dis je alors d'une voix douce. Du bout des doigts, je laissais glisser délicatement ma main de sa joue, cette dernière descendant au niveau de son cou puis de ces épaules. Elle avait accepté. Mon cœur battait la chamade. Lui prendre son baiser, la toucher ainsi et même poser mes yeux sur elle comme je le faisait m'était interdit. J'en été conscient mais c'était plus fort que moi. Je savais le risque que je prenais. Pour un baiser comme celui-ci, je risquai la mort mais j'étais près à courir le risque. J'étais faible face à cette femme. Alors que je me rapprochais d'elle, j'eus l'impression que mon cœur allait exploser. J'avançais mon visage doucement du sien mais, je m'arrêtais à quelques centimètre, prononçant son nom. Je me souvenais d'elle, de cette enfant naïve qui un jour m'avait demandé pourquoi j'étais plus petit qu'elle alors que j'étais plus âgé. Je me reculais brusquement. J'avais l'air perdu.

_ Je ne suis pas petit, finis-je pas lui dire. Je fais ta taille maintenant.

Puis brusquement, je pris sa nuque pour poser mes lèvres sur les siennes. Elles étaient comme je l'avais imaginé plus tôt, douce. Je sentais mon sang bouillonner en moi. Faire des choses interdites étaient si excitante et l’adrénaline que mon corps sécrétait était la plus douce des drogues. Alors que mes lèvres était posé sur les siennes, je les humidifiais avec ma langue dévorant passionnément les siennes. Du bout, passant ma langue sur les siennes. Je m'enivrais de son parfum, le goût sucré de sa salive me rendait chose. Ce moment d'intimité était magique, meilleur qu'un gramme ou deux de champignon. Je fermais les yeux pour me concentrer sur l'unique sensation du touché. Parfois, il m'arrivait de les ouvrir pour contempler de près son visage. Je devais en profiter, son premier baiser et peut être son dernier, ce devait être un instant que je devais égoïstement savourer. Je ne voulais plus la lâcher, je voulais que cette ivresse dure le plus longtemps possible.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 21 Mar - 23:12






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin. ”
D
e son corps tremblant elle se laissa guider, cambrant légèrement le dos en sa direction. Elle avait peur oui, mais de quoi elle ne savait guère. C’était aux delà des conséquences cette peur, c’était aux delà des frontières qu’elle n’eut jamais connue. C’était si difficile de résister, comme si son corps savait parfaitement ce qu’elle devait faire, malgré elle. Une troublante découverte pour la femme qui n’avait jamais aimé. Un long frisson lui parcourut l’échine alors qu’elle sentait ses doigts contre sa peau, une chaleur inconnue naissant dans le creux de son ventre, augmentant les battements de son cœur à la limite de la crise cardiaque. La jeune femme entreouvrit ses lèvres à la recherche d’un souffle, écoutant son prénom venir se glisser sur ses propres lèvres. Il était si près d’elle, si près, mais si loin. Elle poussa une plainte alors qu’il se reculait brusquement, tirant volontairement sur un bout de vêtement pour l’empêcher de partir. Elle l’observa avec un sombre regard. Pourquoi ? Il ne voulait plus ? Il avait changé d’avis ? « Je ne suis pas petit. Je fais ta taille maintenant. » avait-il dit. La jeune femme fronça les sourcils un instant, avant de laisser un franc rire s’échapper de sa gorge, souriant pleinement. C’était bien vrai, il avait grandi depuis la dernière fois.

« Tu es bien plus que grand Kaeh. »

Avait-elle à peine eu le temps de dire, elle parlait de son âme, Kaeh avait une grande âme. Puis il posa une main contre sa nuque, ses lèvres se plaquant contre les siennes. Elle ferma automatiquement les paupières, pouvant sentir son cœur exploser en million d’étincelles. Un intense frisson se dessina sur sa peau, cambrant davantage son dos à la recherche de proximité. C’était donc ça un baiser, un vrai baiser. Être touché par un homme qui vous désirait intensément. Ils étaient sans doute fous, de pauvres fous. Elle déposa une main contre sa mâchoire, gémissant contre ses lèvres. Oh oui, une douce et enivrante folie commune. Pouvait-on vivre ainsi ? Enchainé l’un à l’autre dans une magnifique farandole. S’il ne voulait pas que ce baiser se termine, alors elle non plus. Elle glissa une main contre son torse, longeant son torse pour venir retrouver sa main, entre lassant ses doigts aux siens. C’était comme si tous ses sens étaient décuplés, une grande force s’émanait de lui. Elle n’était pas folle, elle pouvait sentir la force de Kaeh par ce baiser, confondant le grand tout. Elle sursauta alors qu’une immense boule se logeait au creux de son ventre, c’était de la force ! Elle recula un instant, son souffle saccadé alors qu’elle le regardait avec confusion et joie. Elle afficha un grand sourire, secouant la tête alors qu’elle riait doucement.
« Je suis complètement folle! »

Elle mordilla sa lèvre inférieure, songeant aux possibles théories. Elle observa curieusement le plus vieux, s’approchant timidement de lui avant de poser ses délicates mains contre son visage, l’attirant à elle pour plaquer ses lèvres contre les siennes dans un espoir de défusion. Elle entama elle-même le nouveau baiser, glissant le bout de sa langue contre ses lèvres, les paupières closes alors qu’elle tentait de se concentrer complètement sur cette boule qui reprenait de plus belle dans son ventre. Complètement étourdie par les sensations, la jeune femme se laissait engloutir entièrement par de nouvelles sensations, se donnant entièrement au Berkanien. Elle rejeta finalement sa tête vers l’arrière, riant de plus belle. Elle posa finalement ses mains contre ses propres joues rougeâtres, observant Kaeh avec un grand sourire. Elle secoua la tête, incohérente.

« C’est complètement fou ! Je peux sentir ton énergie ! C’est hallucinant, je n’y comprends rien ! C’est à croire que les Kanekha avaient tout faux, c’est comme si je devenais plus forte! »

Peut-être était-ce vraiment le cas ? Peut-être se nourrissait-elle de son énergie malgré elle ? Elle l’observa un instant, ça ne pouvait pas être ça ? La raison pour lequel les chuchoteuses ne pouvaient pas avoir de relation amoureuse ?


(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Mer 25 Mar - 23:01

&

Je n'avais jamais désiré une femme autant que celle-là. Peut être était-ce à cause de ce brouillard qui embrouillait mon esprit ou peut être parce que je savais que jamais je ne pourrais officiellement l'avoir à mes côtés. Ce désir clandestin, cette prise de risque était si excitante que lorsqu'elle mit fin à notre baiser, je fus déçu que celui n'ai duré qu'un bref instant. Je la dévorais des yeux, je me sentais comme un lion qui allait sauter sur sa proie pour sauvagement l'engloutir.

Sur le visage de la jeune fille je pouvais voir un beau sourire. Elle semblait satisfaite de ce que je lui avais donné et pourtant si confuse. Elle prétendait être folle. Mais après tout qu'était la folie? Se laisser aller à ces sentiments? Apprécier ce qui nous était donné? Même si cette relation était interdite, nous étions humain. Il était donc normal que nous ressentions ce genre de sentiments, ce sentiment enivrant. Nous n'avions pas le droit, et alors. Il nous suffisait de garder cela secret, de vivre cette idylle clandestinement. J'avais déjà accepté de l’entraîner au combat cela lui était également interdit. Mais j'avais trouvé enfin une bonne raison. Une raison de vivre dangereusement, de me sentir vivant à chaque seconde de mon existence, de ne plus m'ennuyer ou de me soucier d'un ensemble de gens qui au final méprisait mes convictions. Je lui souris timidement. Elle posa ces mains sur mon visage pour l'amener de nouveau vers elle. Je me laissais guider, étonné de ce geste. Je ne pensais pas qu'elle prendrait les devant si facilement. Finalement, elle savait très bien s'y faire.

Ce baiser semblait pourtant la troubler. Elle le stoppa en relevant sa tête. Elle semblait heureuse, riant une nouvelle fois. Son teint de porcelaine avait changé, se laissant monter le rouge aux joues. Elle était si mignonne qu'en la regardant, je ne pus m'empêcher de sourire tendrement. Elle m'avoua pouvoir ressentir mon énergie, était-ce là le pouvoir des futures Kanekha? Sans mot dire, je m'approchais de nouveau d'elle, l'entourant de mes bras. Je voulais qu'elle sente la puissance qu'il pouvait y avoir dans ceux là, mais aussi lui montrer qu'à ce moment précis de la nuit, je ne voulais qu'une chose, qu'elle reste près de moi. Ma main droite se glissait doucement dans son dos. Je pouvais sentir à travers ces vêtements les os de sa colonne, elle était si mince. Tandis que je glissais l'autre dans ces cheveux, installant sa tête au creux de mon cou. Je posais mes lèvres sur son front. Elle était si proche.

_ Je voudrai que nous restions ainsi pour l'éternité.

Lui murmurai-je alors. Mon cœur ne s'était toujours pas calmé. Je n'arrivais pas à le contrôler, c'était une force qui était plus forte que moi. Je savais pourtant que ce doux rêve prendrai fin au levé du soleil, que je devais la ramener au temple et ne pas la regarder dans la journée. Elle était  en quelques heures devenue mon rêve secret, celui avec qui je passerai le reste de mes nuits. Tandis que je la serrai fort contre moi, je ne pouvais me réjouir comme elle. Je n'arrivai pas à être heureux de ressentir ces sentiments pour elle car je savais que cela m'étais interdit et sachant cela, mes sentiments se faisait de plus en plus fort.

Doucement, je relâchais l'emprise que j'avais sur elle. Mon regard grave vint se noyer dans ses yeux. Elle était près et de moi et pourtant à cet instant, j'avais l'air si seul, désemparé.

_ Tu as une force en toi que je ne peux décrire. Près de toi, je me sens plus vivant, plus fort. Ressens-tu cela?
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Jeu 26 Mar - 21:36






Ehli & Kaeh
“ Brouillard
La visibilité est très mauvaise et vous avez peine à vous orienter dans ce grand brouillard. Le mieux est sans doute de rester sur place sans quoi vous risquez de vous perdre. Déstabilisant, ce brouillard affecte le cerveau pour y créer une confusion instantanée. Soyez sans crainte, les effets ne sont actif qu’en présence du brouillard et en aucun cas dangereux. Vous perdez simplement la capacité de retrouver votre chemin.  ”
U
n  long soupire d’aise  s’échappa de ses lèvres alors qu’il l’entourait de ses bras. N’était-ce pas la fin des temps ? Elle ferma doucement ses paupières pour apprécier la beauté du moment,  cambrant le dos tandis qu’elle pouvait sentir ses mains glisser contre son dos. Un peu comme si son corps répondait de lui-même, parlait de lui-même. Elle n’y pouvait rien, un peu comme si sa vie prenait enfin un sens depuis toutes ces années. Elle se sentait si vivante et réelle. Elle existait non seulement pour aider, mais aussi pour aimer et être aimée. C’était différent des sensations qu’elle avait ressenties jusqu’à présent. Oh bien sûr qu’elle se sentait vivante en courant dans ses bois, en explorant la vie et ses surprises. Mais cette fois, elle chérissait le moment. Elle nicha le bout de son nez dans le cou de Kaeh, frôlant sa peau pour y sentir son odeur, mémorisant les détails de sa peau.

« Je voudrai que nous restions ainsi pour l'éternité »  

Elle hocha simplement la tête, si seulement c’était possible. Puis, c’est à cet instant qu’elle comprenait enfin là ou il voulait en venir. La réalité frappait et elle frappait fort. Elle baissa honteusement les yeux, regardant le sol avec l’impression qu’un immense vide s’installait dans ses tripes. Au lever du soleil, elle devrait retourner à son temple. Mentir à ses consoeurs n’était plus un problème, mais se mentir à sois-même sur l’état de ses sentiments en était autre. Elle entoura ses bras autour de ses hanches, resserrant de toutes ses forces dans une demande silencieuse de ne pas l’abandonner. Elle devait comprendre que ce n’était que pour la journée seulement et que demain, elle pourrait le revoir encore. Un secret si important était si difficile à contenir dans un cœur si petit. Elle observa finalement ces yeux tourmentés. Qui avait-il ? Pourquoi ses magnifiques yeux reflétaient-ils une sombre souffrance ?

« Tu as une force en toi que je ne peux décrire. Près de toi, je me sens plus vivant, plus fort. Ressens-tu cela? »  

La jeune chuchoteuse afficha un bien triste sourire, posant son front contre sa clavicule ainsi qu’une main contre son cœur. Qu’allaient-ils faire ? Elle pinça ses lèvres, furieuses. Cette nuit, elle était si étourdissante!
« Je ressens tellement de choses Kaeh, de la force, de la grandeur. C’est une magnifique énergie, toi et moi nous formons une magnifique force. Mais il y a des choses aussi sombre que lumière, le ressens-tu aussi ?   »

Ce pouvait-il qu’elle perçoive une bien funeste destinée ? Elle glissa ses doigts contre sa joue, souriant à nouveau. Des choses terribles en résulteraient de cette union, comme des choses magnifiques. Braver la fatalité pour écrire une histoire à deux comprenait bien des risques qu’ils devraient surmonter. Tout était si soudain, si inquiétant, juste assez pour secouer deux vies bien différentes.
« seras-tu là encore pour moi demain ?   »

Avait-elle chuchoté. Elle inspira encore une fois son odeur, relevant le menton pour l’observer de ses yeux anxieux. Puis soudainement, un craquement se fit entendre dans la foret. Ehli sursauta, son regard scrutant les environs à la recherche d’une source. Un animal ? Un humain ? Qu’était-ce ? Elle retourna son regard vers Kaeh, pouvant sentir son Coeur se déchirer sous la peine et la crainte qu’elle ressentait. Elle attrapa sa main, dans une demande bien désespérée de la suivre. Elle devait se cacher, elle n’avait pas le choix … si quelqu’un était réellement ici alors elle n’avait pas le choix. Serait-ce ainsi chaque fois ? L’instabilité et la terreur de vivre si près d’un homme si merveilleux ? Une chose était bien certaine, la confusion et la crainte les rendraient plus fort. Du moins elle c’était ce qu’elle croyait. Elle avait envie de se battre, envie de poursuivre, tout était si confus. Tantôt la peur tantôt la force. Pour lui elle deviendrait une femme. Pour lui elle serait forte. Elle inspira finalement, redressant les épaules alors qu’elle fronçait les sourcils. Elle devait choisir entre se battre et poursuivre ou se cacher et réfléchir. Elle scruta son visage à la recherche d’une réponse sur la suite des choses. Des choix devaient être pris, et ce rapidement, comprenant des millions de résultats. Et s’il s’enfuyaient ? Tous les deux dans ces bois sans jamais revenir ? Ils pourraient faire comme bon leurs semble sans avoir à se soucier de personne d’autre que leurs égoïstes-personnes. Mais s’il restait, alors ils pouvaient encore et toujours vivre leurs vies, avoir un impacte sur cette guère et profiter d’une union magnifique, sous les rayons de la lune.

« J’ai peur. »



(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   Sam 28 Mar - 7:17

&

Elle me répondit simple, évoquant tout de même ces inquiétudes vis à vis de l'avenir. Là où il y avait de la lumière, il y aurait forcément de l'obscurité à un moment donné et inversement. Je n'avais pas besoin de le ressentir, je le savais déjà. Enfant, je l'avais appris à mes dépends en perdant ma sœur et ma mère dans la même journée. Je n'avais pas appris à connaitre ma sœur. Elle avait eu la malchance de naître difforme, mais pendant les neufs mois de grossesse de ma mère, j'avais appris à l'aimer. Pour les Berkana, il s'agissait d'une erreur de la nature qui avait emporté ma mère mais pour moi ces deux femmes étaient restées à mes côtés. Les morts veillaient sur nous et si malgré mes aventures en dehors du village j'étais toujours en vie, c'était grâce à leur protection. C'est du moins ce que je pensais. Je n'avais pas les pouvoirs des chuchoteuses, je ne pouvais pas ressentir leur présence, les voir, leur parler, interpréter leur message ni même avoir des visions énigmatiques sur l'avenir mais je savais qu'elles étaient là. J'avais fait mon deuil et c'est ce qui en avait résulté. De l'obscurité était née la lumière. Je secouais la tête, laissant échapper un soupire pour lui faire comprendre que je n'étais pas comme elle. Ehlishara semblait réaliser que ce que nous ressentions l'un envers l'autre n'affichait rien de bon pour notre futur.

Notre future. C'était la première fois que pensais au pluriel. Malgré cet amour interdit, je me sentais heureux. J'affichais un timide sourire. La jeune fille semblait inquiète concernant notre avenir lointain mais également proche, me demandant si je serai encore là pour elle demain. Je n'avais pas entièrement perdu la raison, je le savais que trop bien. Sous un élan de folie passager, j'aurais pu lui trancher la gorge, perdre mes repères et partir seul dans les bois à la recherche d'une proie, je serai passé du rire aux larmes. Non. Je n'étais pas encore totalement fou. Ma tête me disait de faire une chose mais le brouillard avait aidé mon cœur à parler, rien de plus. Si je lui avais promis de l'aider, je l'aiderai brouillard ou non. Si je lui avais pris son premier baiser, ce n'était pas pour braver le danger mais parce que je la ressentais en moi. Ce désir qui envahissait mon corps, le faisant trembler à chaque fois qu'elle bougeait, s'approchait, me touchait ou simplement posait ces yeux sur moi. Je me maudissais de ne pas l'avoir vue avant, ressentis ainsi à chaque fois qu'elle m'avait observé.

J'allais répondre à sa question, je voulais la rassurer. Mais alors que j'ouvris la bouche, un craquement se fit entendre au loin. Elle sursauta. Si c'était un membre des Berkana, nous étions morts, à moins de tuer ce dernier avant, plaider notre folie ou la sienne. Le brouillard était si épais que nous ne pouvions pas savoir de qui il s'agissait. Je n'étais certain que d'une chose, ce bruit provenait de la direction du village. Alors qu'elle prit ma main, elle m'avoua avoir peur.

Mon regard avait changé, en sa présence, j'avais baissé ma garde mais ce bruit suspect m'avait fait reprendre mon sérieux, me ramenant à une dure réalité. Le regard perçant, presque effrayant, je collais mon doigt sur ma bouche pour lui faire signe de ne pas faire de bruit. Je serrais sa main et avec celle de libre, je sortis mon poignard de son fourreau. Nous étions toujours assis, le feu que j'avais allumé ne nous donnait pas l'avantage s'il s'agissait d'un des notre mais le fais de resté penché dissimulait notre silhouette. Je me relevais, tout en pliant les genoux pour rester le plus près du sol, lui faisant signe de m'imiter. Doucement, je nous éloignais du feu pour nous enfoncer d'avantage dans le brouillard en direction des bois. Lorsque nous fûmes suffisamment loin, caché dans l'obscurité, je me penchais à son oreille pour lui murmurer d'une voix à peine audible.

_ Je vais te ramener au temple, ne t'inquiète pas. Contente toi de courir et de me suivre, je ne te lâcherai pas.

L'idée était de contourner cette zone, faisant le tour du village pour la ramener vers la plus proche fenêtre du temple. Je me relevais, l’entraînant avec moi, tenant toujours aussi fermement sa main. La course avait commencé. Nous étions bruyants sous nos pieds l'herbe chantait. Notre folle course pouvait faire penser au bruit d'une biche qui venait des bois. La discrétion aurait été dans ce cas plus risqué. S'il s'agissait de garde du village, ils auraient pu nous retrouver facilement. Si j'avais été seul, j'aurais pu aisément leur échapper en m'enfuyant à pas de velours dans la forêt mais avec Elishara, il m'était impossible d'être discret. Dès que je voyais des feux au loin, j’entraînais la jeune fille dans la direction opposée. Chaque feu était un point de ralliement de garde ce qui expliquait probablement le bruit que nous avions entendu mais également ma présence à découvert près de l'un d'eux. Même si on pouvait aisément pour pister, je savais que si les villageois pensaient à un animal sauvage et non à deux amants en fuite, ils nous laisseraient tranquille.

Notre course s'arrêta soudainement lorsque nous arrivâmes près du temple des Kanekha. Je faisais signe à la jeune fille pour qu'elle me désigne la fenêtre la plus sur. Une fois cette dernière choisis, je la pris dans mes bras une dernière fois, lui glissant ces derniers mots à l'oreille.

_Je t'attendrais demain près des mines une fois que le soleil sera couché. Fais comme si de rien n'était et va te coucher, je m'occuperai de faire diversion.

Une fois salué verbalement, je déposais mes lèvres sur les siennes pour enfin la relâcher. Joignant les mains l'une avec l'autre, je lui fis signe me mettre le pied dessus pour grimper et se faufiler le plus discrètement possible dans le temple.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh   

Revenir en haut Aller en bas
 

Enough to make my systems blow ft. Traaz Kaeh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity :: RPs-